• Chapitre 56

    Chapitre 56



    Dès que Rentarou annonça sa décision de relever le défi, Kurata ouvrit la porte à son adversaire et la referma à clé immédiatement après son entrée. Takaishi courut vers son ami et lui adressa des reproches.


    - Rentarou, tu n'aurais pas dû venir pour moi. Je me serais débrouillé tout seul.


    Le jeune homme aux lunettes sombres l'interrompit et déclara d'une voix forte et confiante :


    - Je ne le fais pas seulement pour toi, Taka-chan. J'ai pris ma décision dès que Kurata m'a parlé du défi. Je voulais accepter dès le départ mais ces bavards dehors m'empêchaient de parler. Ne t'inquiètes pas. Il y a bien longtemps que je veux en finir avec Kurata alors je ne perdrais pas.


    Takaishi baissa la tête. Il demeura toujours inquiet et nerveux.


    - Dans ce cas, permets-moi d'arbitrer le match !


    - Tu voyais quelqu'un d'autre pour le faire ici ? ironisa t-il.


    Le jeune fan de base-ball marcha vers la chaise d'arbitrage. En posant sa main sur son front, il se rendit compte que sa casquette n'était plus sur sa tête. Son crâne chauve, depuis ses sept ans à cause de sa terrible maladie, apparaissait aux yeux de tous. Le garçon alla rechercher son précieux bien qui avait volé sous un des bancs et la remit avant de se diriger vers la chaise d'arbitrage.


    De son côté, Rentarou se préparait pour son match. Installé sur un des bands, l'adolescent remarqua que sa raquette l'attendait déjà. Il dévisageait un instant Kurata et devina que le buchou avait poussé l'audace à s'introduire dans sa propre chambre pour la prendre. Le lycéen géant l'examina soigneusement afin de conclure que son arme n'avait pas été trafiquée.


    Après avoir reposé sa raquette, Rentarou tira la fermeture de sa veste et la retira. Il déboutonna ensuite sa chemise et apparut dans un fin sous-vêtement noir. Sa main gauche fouilla une poche de de sa chemise et s'empara de son couteau-suisse. Grâce à cet objet qui l'avait aidé un nombre de fois incalculables, le lycéen géant découpa les jambes de son pantalon. Au terme de l'opération, le vetêment s'était transformé en un short qui dévoilait la moitié de ses cuisses. Le jeune homme s'attaqua ensuite aux manches et les entailla à la naissance de ses épaules.


    Une fois cette transformation effectuée, le résultat n'était absolument pas esthétique. Son apparence extérieure était pathétique. Néanmoins, le choix ne lui appartenait plus. Ne pouvant pas retourner se changer, l'adolescent n'avait pas eu d'autres moyens que d'arranger son uniforme. Il ne supportait pas de jouer autrement qu'en short et en tee-shirt.


    Rentarou entreprit ensuite de s'échauffer. Il étira tous ses muscles et procéda à des exercices de respiration. Le jeune homme prit son temps connaissant les dangers auxquels un sportif s'exposait lors d'un match mal préparé.


    Une fois prêt, Rentarou avança vers le filet où derrière attentait son adversaire. Pour patienter, celui-ci exécutait des démonstrations d'adresse avec sa raquette et une balle.


    - Tu es prêt ?


    - Avant de commencer, j'ai quelque chose à te demander, Kurata.


    - Si c'est pour l'ordre, tu peux choisir. Je me moque de commencer en premier ou non, dit-il en rejetant sa frange sur le côté.


    - Ce n'est pas ça du tout. Je voudrais te demander, si je gagne, tu avoueras tous les crimes que tu as commis au lycée au proviseur ?


    D'abord surpris, l'intéressé ne sut pas répondre puis éclara de rire.


    - Tu plaisantes ? fit-il en retrouvant son sérieux. Je ne suis pas stupide. Je veux bien renoncer à mon poste mais certainement pas me dénoncer.


    - Dans ce cas, je te propose un pari. Si je le réussis avec brio, tu devras le faire.


    - Quelle est la nature de ce pari ? s'enquit Kurata méfiant.


    Rentarou passa sa raquette de sa main droite à sa main gauche avant de répondre.


    - Je joue tout le long du match de ma main gauche que je gagne évidemment.


    Pour toute réaction, Kurata ne sut rien faire d'autre que de s'esclaffer bruyamment. De l'autre côté du grillage, on s'interrogeait sérieusement sur l'état de la santé mentale de Rentarou.


    - C'est moi dont la tête s'est cognée au mur et c'est lui qui dit n'importe quoi, s'exclama Tyro.


    - Il n'a pas une chance s'il joue de son autre main, dit Seiichi inquiet.


    A leurs côtés, Shintarou sembla très tranquille. Les mains croisées derrière sa tête dans sa masse emmêlée de cheveux, le rouquin rit.


    - Ca va être vraiment amusant !


    - Amusant ? Ca va être du jeu de massacre ! lança vivement Kou.


    - Arrêtez de vous inquiéter, soupira t-il. C'est Rentarou !


    - On sait qui il est. Ca n'empêche qu'il commet une grosse erreur, rétorqua Tyro.


    - Rentarou a appris en moins de trois heures les rudiments qui permettent de créer ma technique de Phantom Ball, exposa Shintarou très calmement. S'il a fait ça alors je suis convaincu qu'il peut tout faire.


    - Je sais que Rentarou est très doué et apprend très vite mais … , répliqua Seiichi anxieux, mais cela me paraît impossible. Il n'est pas ambidextre.


    - Shintarou a raison, intervint Raphael. Satsuma possède un véritable génie pour se sortir des situations compliquées. De plus, il ne fait jamais rien sans l'avoir étudié auparavant. Je suis certain qu'il avait prévu cette tactique bien avant sans en informer personne.


    De retour sur le court, Rentarou attendit patiemment que Kurata cessa de rire de sa proposition.


    - Acceptes-tu ma proposition ?


    - Es-tu fou par hasard, Satsuma ? Parce qu'il est impossible pour toi de jouer, et encore moins de gagner, de ton autre main. Il faut des années pour devenir ambidextre.


    - Dans ce cas, qu'as-tu à perdre avec ce pari ? reprit Rentarou narquois. A moins que tu n'ais peur ?


    Le regard de Kurata flamboya de colère.


    - Je n'ai peur de rien ! J'accepte ton stupide pari !


    - Donc si je gagne de ma main gauche, tu te dénonces au proviseur, c'est d'accord ?


    - J'ai compris le marché, rétorqua Kurata en haussant les épaules. Il n'y a pas une seule chance pour que ça puisse marcher. Tu ne marqueras pas un seul point.


    A présent, le match tant attendu par Rentarou pouvait enfin commencer. Le jeune homme décida de laisser le premier tour de service à son adversaire. Contrairement à ses habitudes, il se plaça sur le milieu de son terrain et non dans le fond tandis que Kurata se mit sur la ligne de service.


    La balle lancée fut rapide mais par rapport à toutes celles que le lycéen géant s'était confronté, il la trouva lente. Son esprit analysa sa trajectoire et devina l'effet appliqué en courant pour l'obtenir. Il positionna sa raquette vers le haut de son épaule gauche et accomplit un magnifique revers en supprimant en même temps la rotation exercée auparavant sur la balle avant de la renvoyer avec force de l'autre côté. Malgré la différence nette de puissance, Kurata réussit à la cueillir mais pas à la contrôler. Son rival ne sut que la retourner. Contrairement à lui, Rentarou s'en saisit facilement. Cette fois, il leva et inclina sa raquette du côté de son épaule gauche et frappa de toutes ses forces. La balle repartit dans le sens inverse, rebondit sous les jambes de son adversaire et s'écrasa au sol peu avant d'atteindre la ligne de service.


    - 15-0 ! cria Takaishi avec un réel enthousiasme.


    N'ayant pas l'habitude de prendre un point si facilement, surtout en début de match, Kurata se retourna vivement et contempla cette balle.


    Aussitôt Raphael mit ses mains en porte-voix et cria :


    - Il est impressionnant, hein Kurata ? Quand je pense qu'il y a trois semaines, il ne savait même pas faire un revers correct de ses deux mains !


    Tournant la tête, Rentarou sourit au jeune français et leva sa main droite et fit un V avec son index et son majeur à son intention.


    - C'est grâce à toi, Raphael-san.


    - Rentarou a du s'entrainer comme un fou pour parvenir à un tel résultat, s'exclama Tyro bluffé.


    - Je comprends mieux pourquoi il s'entraine si dur et descends tous les matins et les soirs prolonger ses entraînements, ajouta Seiichi. Je me demande quand il a commencé.


    - Il aurait quand même pu nous le dire, émit Shintarou boudeur.


    - Satsuma m'a avoué qu'il a commencé son entraînement pour jouer de la main gauche peu après le match contre Kimura de Saint-Christophe, révéla Raphael. Il a découvert à ce moment l'utilité de passer sa raquette à gauche pour récupérer plus facilement les balles et a voulu être capable de procéder parfaitement à ce genre de changements.


    - Je comprends, approuva Tyro. C'est une tactique bien pensée, ça.


    - Mais il n'a rien dit. Même pas à ses deux meilleurs amis, reprocha toujours Shintarou.


    - Il m'a dit qu'au début, il n'était pas certain d'obtenir des résultats probants, poursuivit Raphael. Il a donc décidé de le faire seul sans rien dire pour ne pas rendre de comptes, surtout si cela échouait.


    - Ce qui est typique de Rentarou, sourit le jeune ninja. Il déteste échouer et se sentir faible.


    Pendant que le petit groupe discutait et analysait, Yoko était restée silencieuse et pensive. Elle rompit finalement son silence.


    - Cependant ses mouvements ne sont pas parfaits. Lors de son revers, il tenait sa raquette trente millimètres trop haut. Ses jambes sont également trop écartées. Il devrait réduire l'intervalle entre les deux de trois centimètres.


    - De quoi parles-tu, Yoko-chan ?


    En entendant la voix surprise et interrogative de Tyro, la jeune fille rougit violemment. Elle n'arriva pas à croire que dans son enthousiasme ses commentaires et ses observations étaient sorties de sa bouche à voix haute.


    - Je pensais, éluda t-elle avec embarras. Ce n'est pas important.


    Pour tromper ses compagnons, la jeune fille proposa de continuer à regarder le match.


    Sur le court, l'affrontement avait bel et bien repris. Kurata se déchainait. Il lançait des balles pourvues d'effets qui les rendaient plus difficile de les rattraper. Rentarou ne cessait de courir sur la gauche ou la droite le plus vite possible pour les atteindre. Souvent, le jeune homme tendait son long bras en avant ce qui lui permettait de gagner du temps afin de la récupérer.


    Malgré tous les effets exercés, Rentarou n'éprouvait pas de difficulté pour se saisir des balles. Ils se contentaient de la faire tourner très vite sur elle-même et de changer la trajectoire que l'adversaire aurait pu lui faire prendre.


    Grâce à Matsuda, c'était impossible d'échouer face à une telle technique. Son ami d'enfance lui avait montré des effets bien plus redoutables. Rentarou avait appris, avec du temps et beaucoup d'entraînement, à les défaire afin d'imposer son propre style.


    Pour contrer donc l'effet qui pouvait exister dans une balle, le lycéen géant frappait sous la balle en mettant sa raquette à l'horizontale. Par conséquent, celle-ci s'élévait à la verticale. Il ne lui restait plus qu'à la frapper à nouveau en utilisant ou non son propre effet et en concentrant sa force.


    Un instant, Rentarou réalisa que tous les matches livrés au cours de cette année, tous ces rivaux rencontrés, tous ces coups observés lui avaient permis de développer son propre style.


    Sur cette heureuse pensée, il cogna la balle qui lui octroya le point du premier jeu.


    Immédiatement, le second jeu commença. Rentarou le regretta. D'ordinaire, il appréciait de boire une gorgée d'eau entre les différents jeux. Cela lui permettait de s'hydrater et de se ressourcer.


    Prenant position sur la ligne de service de son terrain, le lycéen géant se sentit moins rassuré. Le tennisman n'avait pas confiance du tout en son service effectué de la main gauche. En fait, il le ratait encore très souvent. Toutefois, son esprit refusait de capituler sans essayer. De toute façon, même en perdant tous les jeux où il aurait à servir, Rentarou comptait se rattraper en empêchant Kurata de marquer des points sur les siens. Il se battrait jusqu'au bout pour conquérir la victoire.


    Se concentrant au maximum, il fit rebondir longuement sa balle de la main droite puis la lança en l'air. Il la frappa énergiquement. Celle-ci partit très bien et vite mais resta très basse. Elle fut si basse qu'elle se prit dans le filet et retomba sur son terrain.


    - Faute ! 15-0 ! cria Takaishi en se couvrant le visage dans ses mains.


    Ne se laissant pas décourager, Rentarou se reconcentra davantage et se prépara à lancer le second. Il se répéta des encouragements afin de réussir ce second service. La balle partit et s'approcha du filet. Elle demeura toutefois à la hauteur du cordage et le heurta. Au lieu de tomber directement, la petite sphère jaune se mit à rouler sur la longue bande blanche et parut basculer sur le terrain de Kurata.


    Le temps sembla se figer pendant cette longue attente qui déciderait du point.


    Malgré les prières et exhortations intérieures de Rentarou, la balle finit par retomber malheureusement de son côté une seconde fois.


    - Faute ! 30-0 ! cria Takaishi abattu.


    Au même moment, Tyro réagit de l'autre côté du grillage :


    - C'était une cord ball. Si seulement elle avait pu passer !


    - Qu'est-ce que c'est ? questionna Kou qui n'y connaissait pas grand chose en vocabulaire sportif.


    - C'est quand la balle touche le haut du filet, roule dessus et passe de l'autre côté. Il existe des tennismen, un cas très rares, qui en réalisent volontairement.


    - Comment le sais-tu ? s'enquit Seiichi en arquant un sourcil.


    En entendant la question de l'adolescent aux cheveux ébènes, Yoko se mordit les lèvres puis haussa les épaules.


    - C'est assez connu, non ?


    - Mais pourquoi Rentarou joue si mal ? Il sait servir pourtant, rouspéta Shintarou.


    - Il ne sait peut-être pas encore servir correctement de sa main gauche, suggéra Tyro.


    - Mais c'est catastrophique ! s'alarma Kou. Comment va t-il battre Kurata alors ?


    - Ce n'est pas un problème, rit Tyro. Même avec un handicap sérieux, Rentarou n'abandonnera pas. Il sera capable de continuer en empêchant Kurata de marquer lors de ses services et d'en finir lors d'un long Tie-Break pour le vaincre.


    - Qui sait ? Ce match va peut-être battre le record des quatre-vingt-six points que Rentarou et toi avaient établi, ajouta Seiichi.


    - En tous les cas, c'est un match génial et excitant !


    - Dès que Tyro regarde un match, il oublie tout ce qui a pu se passer avant, rigola Kou.


    Pendant que ses amis faisaient ces commentaires, Rentarou avait manqué ses derniers services et donné le point du second jeu à Kurata.


    - Eh bien, Satsuma, tu me donnes tes points ? se moqua le buchou. C'est gentil de ta part.


    Rentarou enragea. Il ne supportait pas d'entendre des railleries sur son compte, surtout émanant de la bouche d'une personne aussi méprisable que l'était son adversaire. D'ailleurs, le lycéen géant comptait lui montrer que la compétition existait toujours dans ce match.


    Lors de ce troisième jeu, Rentarou se montra beaucoup plus brillant que le précédent. Malgré l'avantage de Kurata à posséder le tour de service, il ne cessa de le faire courir. Le lycéen géant attrapa facilement les balles lancées même si elles s'avéraient pourtant ardues à recevoir puis s'appliquait à les retourner le plus loin possible de son rival.


    L'adolescent aux lunettes sombres était satisfait de sa stratégie. Il avait toujours observé comment son buchou jouait lors de ses matches et de ses entrainements. Le jeune homme aux cheveux de corbeau restait toujours à un point du terrain et s'arrangeait pour placer ses balles sans jamais bouger. Par conséquent, il n'avait pas l'habitude de tant courir. Son endurance allait être mise à rude épreuve pendant ce match.


    Rentarou misait donc ses chances sur la fatigue de son adversaire. Il voulait l'épuiser le plus possible. De cette manière, son attention et sa concentration finiraient par se relâcher. Cela pourrait peut-être lui faire commettre des erreurs, voire des fautes.


    Au terme de ce jeu, la voix de Takaishi résonna comme pour un triomphe :


    - 2-1 !


    En théorie, les arbitres n'étaient pas censés prendre parti pour l'un des joueurs du match surveillés. Ils ne devaient pas non plus se réjouir des points marqués par l'un d'eux et se lamenter pour ses points perdus. Cependant la situation était bien différente ici et personne n'aurait reproché cette faute au jeune fan de base-ball.


    Récupérant le tour de service, Rentarou se concentra au maximum. Il voulait réussir cette fois. Il voulait s'imposer dans ce match. Il voulait marquer tous les points. Il voulait remettre Kurata à sa place. Il voulait l'obliger à perdre avec une différente importante dans leurs scores.


    Malheureusement toute la bonne volonté et la persévérance du jeune homme ne l'aida pas. Il ne réussit pas à faire passer sa balle de l'autre côté. Elle heurta toujours le filet.


    S'attendant à une réplique sarcastique de son adversaire, le lycéen géant serra son poing droit afin de conserver son calme. Cependant Kurata ne lui dit rien. Son adversaire parut essoufflé. Il inspira et expira plusieurs fois, les yeux fermés, avant de commencer le cinquième jeu, et se massa aussi les mollets.


    En l'observant, Rentarou sourit et comprit que sa stratégie fonctionnait parfaitement. Son opposant ressentait les terribles effets de la fatigue.

     

    Grâce à cet événement, l'adolescent renouvela sa confiance en lui mais se répéta aussi de rester vigilant. Parfois, un ennemi affaibli pouvait devenir encore plus effrayant et dangereux que dans son état normal. De toute manière, tant que la balle de match n'aurait pas résonné sur le terrain adversaire, son esprit ne connaitrait pas l'apaisement.


    Au cours du jeu suivant, Rentarou décida d'éprouver davantage le corps de Kurata. Il ne renvoya plus une seule fois ses balles le plus loin de son adversaire. Au contraire, le jeune colosse s'arrangea pour les diriger le plus près de lui. Cela semblait stupide, au premier abord. Mais une stratégie intelligente se cachait derrière cette facilité apparente. Dans chacune de ses frappes, l'adolescent fit appel à sa force herculéenne.


    Lors du premier retour de service, Kurata fut surpris de voir sa balle revenir si près de lui et se sentit soulagé de ne pas avoir à courir à l'autre bout de son terrain. Néanmoins, le changement de stratégie de la partie adverse l'inquiéta. L'explication ne tarda pas à suivre. Lorsque la balle toucha le cordage de sa raquette, il se retrouva contraint de la lâcher. Ses muscles de ses bras n'étaient pas du tout préparés à réceptionner des frappes si puissantes.


    Lors du second retour, Kurata se prépara cette fois à intercepter des balles sur lesquelles s'exerçaient une grande force. Il essaya d'attraper la balle retournée par Rentarou en saisissant son grip de ses deux mains. Avec beaucoup de difficultés et d'efforts, le buchou parvint à à la contrôler et à la relancer. Malheureusement pour lui, elle termina dans le filet.


    En constatant que son adversaire avait réussi à contrôler sa balle et l'avait pratiquement retourné de son côté, Rentarou décida d'augmenter davantage sa puissance. En prenant la balle suivante d'une poche de son short, il concentra toute la force de son bras sur cette petite sphère jaune. Celle-ci repartit à la vitesse d'un boulet de canon en direction de Kurata qui n'osa même pas bouger et la laissa tomber à ses pieds.


    - Il n'a rien fait ! s'exclama Kou stupéfait.


    - Elle l'a probablement effrayé, devina Raphael. Tu n'as jamais joué contre Satsuma, Fukuda. Ses tirs sont redoutables et il faut beaucoup de courage pour essayer de les arrêter.


    - C'est vrai, confirma Tyro. Le premier match que j'ai joué contre lui, je suis resté figé tout le premier jeu. Ses balles étaient impressionnantes. Je n'avais jamais rien vu de pareil.


    - Jusqu'à ce que tu me rencontres, souligna malicieusement Seiichi.


    - Je n'ai pas le temps d'avoir peur avec toi, marmonna Tyro. On ne voit pas tes balles avant qu'elles ne tombent.


    Durant ce temps, Rentarou avait achevé le cinquième jeu en envoyant deux balles formidablement puissantes que Kurata ne parvint pas à maitriser. Elles tombèrent à ses pieds et roulèrent jusqu'à la dernière ligne de son terrain.


    Entre la fin du cinquième jeu et le commencement du sixième, Rentarou se reposa un peu et réfléchit. Il observa en même temps Kurata en remarquant avec satisfaction que son adversaire se fatiguait de plus en plus. A présent, cela devenait clair que ses bras le faisaient beaucoup souffrir.
    Se concentrant pour son service, Rentarou souhaita être capable de marquer son cinquième point tout de suite lors de ce nouveau jeu. Son esprit tenta d'imaginer un quelconque moyen pour réussir ses services mais n'arriva pas à trouver.


    Ce furent les paroles de ses amis qui réussirent à le débloquer.


    - Bon, qu'est-ce qu'il fout ? s'impatienta Tyro en tapant du pied.


    - Il se concentre, soupira le jeune ninja. Tu sais bien qu'au tennis il faut toujours conserver son calme et sa concentration.


    - Ce serait bien qu'il puisse réussir son service, songea Raphael. De cette manière, il pourrait finir au huitième jeu s'il continue dans cette optique.


    - Tu pense que c'est possible ? s'étonna Kou.


    - Le score est de 3-2. S'il peut marquer au service et empêcher Kurata de marquer, c'est parfaitement faisable. Après tout, il faut deux points de différence pour gagner au tennis.


    Yoko venait encore de répondre spontanément à une interrogation concernant le tennis.


    - Mais comment elle sait tout ça ? s'exclama Tyro.


    Sans remarquer son monologue dit à voix haute, la jeune fille poursuivit son analyse :


    - Ce serait bien si Rentarou se concentrait sur un service facile. Tout au moins, il faudrait qu'il se souvienne d'un service qu'il connait parfaitement et le reproduire. Avec sa mémoire, je suis sûre qu'il en est capable.


    Malgré toute la patience dont il disposait, Seiichi n'en pouvait plus de ne pas avoir de réponses à ses interrogations. Le jeune homme saisit le bras droit de son amie et la secoua doucement.


    - Yoko-chan ! Dis-nous comment tu en sais autant sur le tennis ! exigea t-il avec fermeté.


    En sentant la force de l'adolescent, Yoko réalisa ne plus avoir le choix. Elle hésita un instant avant de répondre franchement :


    - Parce que j'adore le tennis et j'adore le sport en général.


    Désarçonné par l'effet de surprise, Seiichi lâcha son bras.


    - Mais tu es toujours à critiquer le sport, Yoko-chan, se plaignit Tyro.


    - Je ne parle mal du sport quand je dis ce genre de choses, dit-elle faiblement. J'en ai plutôt après les sportifs. C'est eux que je ne supporte pas.


    - Explique-nous, Yoko-chan, insista Shintarou toujours aussi curieux.


    Yoko soupira. Elle détestait évoquer son passé.


    - Quand j'étais collège, je faisais les mêmes choses qu'ici. Comme je vous ait dit : j'adore le sport alors je voulais soutenir les clubs sportifs de mon école. Cependant les membres, mais surtout les buchou de chaque club ne me respectaient pas. Ils se reposaient sur moi pour faire leur travail. C'est pourquoi quand je suis entrée au lycée, j'ai décidé de ne plus m'impliquer avec de tels personnages. Pour éviter d'être tenter de les fréquenter, j'ai répandu la rumeur que je détestais le sport et je n'ai pas hésité à le déclarer publiquement.


    - Je vois. Ainsi tu me mentais totalement quand tu me parlais de ce sujet.


    - Je m'en excuse, Seiichi-kun.


    Elle s'inclina du buste en présentant ses excuses.


    - Et comment tu sais autant de choses sur le tennis ? voulut savoir Tyro. Tu es une encyclopédie vivante sur le sport ?


    - Imbécile, rit Yoko. As-tu oublié que mon père est un ancien joueur pro ? Mes frères et moi avons appris des tas de choses sur le tennis grâce à lui.


    - J'avais oublié ce détail, avoua Seiichi en hochant lentement de la tête.


    - C'est bizarre. Je n'ai jamais entendu de tennisman pro nommé Matsuda.


    - Je ne porte pas le même nom que mon père, Tyro, lui révéla Yoko.


    - Ah oui ? Alors c'est qui ton père ? Dis-moi ! Dis-moi !


    - Désolé mais je ne te le dirais jamais, répliqua t-elle dont les yeux brillèrent d'espièglerie.


    - Mais euh …. !


    Toute cette conversation n'avait pas échappé aux oreilles de Rentarou. Il l'avait suivi intégralement, surtout le passage où Yoko avait prodigué ses conseils. Grâce à sa petite amie, l'adolescent venait de trouver la solution pour réussir ses services.


    Fermant les yeux, le lycéen géant savait déjà quelles techniques copier. Il les avait vu des centaines et des centaines de son esprit. Activant sa prodigieuse mémoire, le jeune homme visualisa le moindre geste de cette personne au moment de son utilisation puis les inversa de manière à retrouver une symétrie parfaite.


    Une fois ces images en tête, Rentarou prit une balle mais ne la fit pas rebondir. Il la garda dans sa main droite puis ouvrit sa paume. Sa raquette placée au-dessus de son épaule droite, l'adolescent donna un très léger coup sur la petite sphère jaune. Durant quelques instants, personne ne comprit ce qui s'était passé. La balle avait disparu comme par magie avant de réapparaitre sur le sol du terrain adverse.


    - Que s'est-il passé ? demanda Kurata, stupéfait.


    Rentarou sourit narquoisement mais ne dit rien. Cela deviendrait plus clair au second essai. Il se remit dans la même position que tout à l'heure mais frappa beaucoup plus fort la balle. Celle-ci partit rapidement et disparut également pour réapparaitre au même emplacement que la précédente.
    - C'est de la magie ? s'enquit Kou. Comment fait-il ça ?


    - Il a probablement réussi à maitriser son Invisible Server de la main gauche, dit Tyro.


    Depuis le premier service de Rentarou, Seiichi avait les mains accrochées au grillage. Finalement, il réussit à murmurer :


    - Silencieux comme la forêt … Rapide comme le vent …


    - Que dis-tu, Seiichi ? demanda Shintarou.


    - Il a copié ma technique du Fuurinkazan, révéla le jeune ninja en se détachant du grillage.


    - C'est ce dont avait parlé Yoko-chan, se souvint le petit rouquin.


    - Quand même, ce n'est pas le coup le plus facile à refaire, fit remarquer Kou méditatif.


    - Rentarou, Seiichi et moi avons joué des tas de matches depuis que nous nous connaissons. Des centaines pour dire un nombre. On connait tous trois nos techniques à force de les observer.


    Sur le court, Rentarou décida de changer de technique pour son prochain service. Il désira en expérimenter une autre qui se profilait dans sa tête.


    Prenant une autre balle, le lycéen géant la fit longuement rebondir sur le sol puis imprima plusieurs rotations dans sa main droite et la jeta en l'air. Il la frappa plusieurs fois de différents côtés. Celle-ci partit si vivement et si rapidement qu'elle disparut du champ de vision de tout le monde. Un instant plus tard, auprès de Kurata, sept ou huit ombres se mirent à tournoyer très rapidement. Son adversaire essaya vainement de frapper mais la véritable balle s'échappa et roula pour s'arrêter sur une ligne blanche latérale.


    Dès que Shintarou aperçut les ombres, il cria de stupeur :


    - Phantom Ball !


    En même temps, l'ensemble des élèves rassemblés autour du court et qui assistaient au match explosèrent de joie.


    Une seule personne n'était pas heureuse du tout : Kurata. Il regarda avec un hautain mépris son adversaire.


    - Comment tu peux faire ça ? rétorqua t-il avec rage. Tu ne savais lancer des services et maintenant tu peux le faire ! Comment ? On ne peut pas s'améliorer en deux heures de match ! C'est impossible !


    - C'est parce que je crois, répondit simplement Rentarou.


    - Ne te fous pas de moi, Satsuma ! exulta Kurata.


    - Cela peut te sembler étrange ou surprenant, reprit-il d'un ton très calme, mais je crois en le principe suivant : il n'existe rien d'impossible dans ce monde aussi longtemps que l'on croit en soi et en les choses que l'on désire obtenir.


    Le lycéen géant marqua une courte pause et poursuivit :


    - C'est pourquoi même si c'est très dur, quand j'ai choisi un objectif, je n'abandonne pas et je poursuis mon but jusqu'au moment où je l'atteins. Je peux tomber et échouer de multiples fois mais je me relève toujours et j'essaie à nouveau.


    En terminant cette phrase, Rentarou eut un sourire de triomphe et ajouta :


    - A présent, laisse-moi te montrer ce que je peux faire avec cette foi et cette détermination !
    Il prit une nouvelle balle et la fit longtemps rebondir avant de la lancer en l'air et de la frapper très fort. Celle-ci partit très rapidement et disparut des yeux de tout le monde. Elle atterrit violemment sur le terrain adverse sans que Kurata puisse la distinguer.


    - 2-4 ! hurla Takaishi avec enthousiasme.


    Au moment où l'arbitre annonça le score actuel du match, la foule, groupée à l'extérieur du court, explosa à nouveau de joie. Tous avaient reconnu l'Invisible Server, la fameuse technique spéciale de Satsuma Rentarou.


    - Grâce aux services de mes amis dont je me suis souvenu, j'ai compris quels gestes je devais faire et j'ai ainsi compris comment je devais jouer mes propres services.


    - Rentarou est génial ! s'émerveilla Tyro.


    - Oui, il a vraiment un potentiel incroyable, approuva Seiichi. Néanmoins celui-ci repose surtout sur sa volonté de ne jamais abandonner avant la fin de la partie.


    Se déconnectant du monde extérieur, Rentarou rétablit sa concentration. Il ne devait pas flancher à présent que le plus dur était accompli. Le lycéen géant était pleinement convaincu maintenant de sa capacité à remporter le match. Toutefois, il ne devait pas se relâcher avant l'ultime point.


    Face à lui, Kurata enrageait. Il ne supportait pas de constater que son adversaire parvenait à le dominer si facilement. Le buchou avait pourtant tout planifié pour réussir à contrer ses plans. Où avait-il commis une erreur ?


    Refusant de voir cet individu l'emporter sur lui, le jeune homme aux cheveux de corbeau décida de jouer son dernier atout.


    Prenant une balle de la poche de son pantalon, Kurata la laissa rebondir une ou deux fois puis la lança en l'air. Il la frappa immédiatement. Elle se dirigea rapidement vers Rentarou et sembla filer en direction du bas de son ventre.


    Sachant analyser et interpréter les trajectoires des objets, le lycéen géant devina les intentions de son adversaire. Il se souvenait du récit de Tyro. Pour éviter une telle issue, il choisit de tomber net en arrière et se coucha au sol.


    Lorsque la balle surgit au-dessus de lui, le jeune colosse leva sa raquette et frappa de toutes ses forces. La petite sphère jaune repartit dans l'autre sens et s'écrasa avec violence sur le terrain adverse. L'adolescent se releva en se massant le dos de sa main droite tout en tenant sa raquette de la deuxième.


    - Ca fait mal mais ça vaut le coup, s'exclama t-il.


    Les yeux écarquillés, Kurata n'en revint pas de voir jusqu'où pouvait aller son adversaire afin de le contrer. C'était de la pure folie ! Il n'avait jamais connu un tel rival ! C'était un monstre !


    - Eh bien, Kurata, tu n'essaies plus ? fit Rentarou narquois. Je t'attends !


    Ne supportant pas d'être méprisé et humilié, Kurata répondit au défi. Il essaya encore d'atteindre son adversaire. D'abord au genou droit mais le lycéen géant plaça sa raquette devant sa rotule et renvoya avec facilité la balle. Il visa ensuite l'épaule gauche mais le jeune homme aux cheveux de jais arrêta en pleine trajectoire la petite sphère jaune et la retourna tout aussi aisément. Il tenta alors le coude gauche mais échoua à nouveau. Rentarou stoppa la balle dès qu'elle passa le filet et l'expédia près de la ligne de service du terrain adverse.


    - 5-2 ! scanda Takaishi.


    - Encore un jeu et il gagne le match ! s'écria Tyro excité.


    - S'il utilise son Invisible Server au prochain jeu, il est sur de vaincre, ajouta Shintarou.


    - Kurata va s'en mordre les doigts, enchaina Kou. Bien fait pour lui !


    Le huitième jeu était donc sur le point de commencer et il semblait évident que ce serait le dernier de cet intense match.


    Tout en rassemblant sa concentration pour réussir son service, Rentarou réfléchissait aux raisons qui le poussaient à jouer ce match. Le jeune homme se rendait compte qu'il n'avait toujours pas obtenu de réponses aux nombreuses interrogations que l'adolescent se posait au sujet de Kurata. Il avait un besoin viscéral de comprendre pourquoi son buchou se comportait aussi cruellement avec ses semblables.


    Abaissant sa raquette, Rentarou remit sa balle dans la poche de son pantalon et leva sa tête vers son adversaire. Il formula en un seul mot très simple le contenu de toutes ses interrogations :


    - Pourquoi ?

     

    Chapitre précédent        Chapitre suivant

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :